La France et mes préjugés

9 novembre 2017
Blog post

Bien le Bonjour depuis Notre-Dame d’Oé, une petite ville située à cinq kilomètres de Tours, dans la région Centre-Val de Loire – et ma nouvelle maison pour les huit prochains mois.

Il y a un mois, j’ai voyagé  jusqu’ici ici en emportant deux valises avec moi sans trop d’attentes particulières. Je voulais être surprise !

Après mes A-Levels (ndlr : le A-level est pour les jeunes Britanniques l’équivalent du baccalauréat en France, il s’appelle Abitur en Allemagne), j’ai voulu faire une pause et j’ai décidé de faire un « Service Civique International » (SCI) en France. Ma mission de Service Civique s’intègre dans le projet régional initié par la Région Centre-Val de Loire de promouvoir le SCI. Nous sommes ainsi 18 volontaires entre la France, l’Allemagne, le Maroc et la République Tchèque à participer à ce projet.

Au début de notre service civique, nous avons appris à nous connaître lors d’une formation de cinq jours à Blois, bien que nous allions vivre et travailler dans différents endroits par la suite. Par exemple j’étais la seule personne qui ait pris le train pour retourner à Tours (puis le tram et le bus pour aller à Notre-Dame d’Oé), les autres volontaires sont repartis dans d’autres villes de la Région Centre-Val de Loire.

Notre-Dame d’Oé est la ville jumelle de Barleben, une ville de l’État fédéral de Saxe-Anhalt en Allemagne où je vivais. Maintenant, je vis dans la grande maison d’une femme vraiment sympa, j’ai ma propre chambre et ma propre salle de bain et tout est vraiment magnifique. Le matin, je travaille à la crèche et l’après-midi je travaille à l’école maternelle. J’ai même travaillé dans un centre aéré lors de mon arrivée parce que c’était les vacances scolaires en France. Evidemment je suis bien entourée et on m’explique tout, même s’il me faut quelques fois faire répéter les choses trois fois ! Avec les enfants c’était très amusant. J’aime vraiment travailler avec les enfants et ils sont vraiment ravis de faire la connaissance d’une allemande !  Pendant la pause, il y a toujours beaucoup d’enfants qui veulent me tenir la main, peut-être parce que je leur ai montré « Fire, Water, Storm » – c’était mon jeu préféré quand j’avais leur âge.

Quant à mon niveau de français, mon arrivée m’a permis de déjà l’améliorer énormément. Mais je dois avouer que j’ai encore quelques difficultés. Je parle désormais plus aisément aux enfants, même si mon accent allemand se fait encore sentir. C’est l’occasion pour eux d’apprendre quelques mots et phrases dans ma langue maternelle; un véritable échange !

Le week-end, c’est un autre moment pour faire des rencontres avec d’autres volontaires. Nous sommes ainsi allés à Paris et avons fêté Halloween. J’aime aussi prendre du temps pour moi uniquement, visiter Tours, qui est une ville merveilleuse. Beaucoup d’étudiants (notamment internationaux !), de petites rues charmantes, une belle Mairie et surtout beaucoup de boulangeries où l’on peut acheter du pain frais, des pains au chocolat ou encore des croissants.

La météo est très clémente ici, ce qui est d’ailleurs drôle parce que les marocains en Service Civique trouvent qu’il fait trop froid ! Pour nous, c’est encore l’été en ce début novembre ! La France est un pays très intéressant avec beaucoup de châteaux, vignobles, montagnes, de belles rivières et fleuves comme la Loire.

Le plus drôle, ce sont certains stéréotypes de la France et avec lesquels je suis maintenant d’accord, comme sur les habitudes alimentaires : il y a toujours une baguette sur la table et le soir il est normal de boire un verre de bon vin ! A l’école maternelle, il y a une petite cuisine en jouet pour les enfants et on y trouve des moules (le coquillage), en Allemagne les enfants seraient étonnés : pour eux à cet âge, les moules se trouvent plutôt à la plage que dans la cuisine !

Même si les premiers jours en France n’ont pas été faciles pour moi à cause des horaires différents,  de la nécessité de faire la connaissance de tant de gens, de ne pas parler ma langue et de retrouver mon chemin, je peux dire qu’après un mois, ce n’est plus du tout la même chose. Je suis vraiment contente d’avoir décidé de faire cette mission de Service Civique international.

Tous les jours, j’apprends quelque chose de nouveau, un nouveau mot, je teste un nouveau repas ou j’admire simplement un magnifique coucher de soleil au-dessus de la Loire…

Prev Post Next Post