Un atelier sur la tolérance et un carnaval reporté

2 avril 2020Nadia Etienne

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un assez gros projet que mon association et une association partenaire ont organisé ensemble.

Il s’agit de l’organisation du premier carnaval dans la ville de Fès (une première c’est toujours un gros projet).

Pour replacer le contexte, l’association AJIAL (une association partenaire de Citoyen des Rues) a organisé la première édition du festival « Kids talent » qui est un festival ayant pour but de promouvoir les activités artistiques dans les quartiers populaires de la ville de Fès et dans la ville de Fès en général. Le but est d’organiser des auditions dans différents lieux de la ville pour découvrir les talents des enfants ainsi que d’organiser des ateliers de découverte dans  plusieurs domaines artistiques (cinéma, théâtre, chant, danse, dessin) animés par des professionnels de chaque domaine.

Dans le cadre de ce festival nous avons pris l’initiative d’organiser un carnaval où les enfants pourraient s’amuser et faire la fête, ce qui est une première dans la ville de Fès car ici au Maroc ils n’ont pas le « Mardi gras » comme dans la culture française et beaucoup de personnes n’ont jamais vu ou fait de carnaval de leur vie.

Nous avons donc commencé la préparation de ce carnaval environ 1 mois et demi avant la date prévue (le dimanche 8 Avril). Nous avons choisi comme thème celui de la Tolérance (ce qui est je l’avoue un thème très large).

Mon rôle au début a été un peu d’aiguiller tout le monde car je savais à quoi ressemble un carnaval (ayant déjà participé à quelques-uns quand j’étais enfant) alors que la plupart des membres des deux associations n’en avaient aucune idée. Je leur ai donc préparé une liste de ce qu’il fallait avoir et de ce qu’il fallait préparer pour que cela soit un beau carnaval (sans avoir à se lancer dans des costumes ou accessoires trop chers et gigantesques comme on peut voir dans des grands carnavals français car ici on parle d’un carnaval pour des enfants uniquement).

Après quelques réunions nous nous sommes tous répartis les tâches (autorisations à obtenir, contacter d’autres associations pour qu’elles participent avec leurs enfants, costumes…). Me concernant j’ai été chargé  de la logistique(décors, costumes, bonhomme de carnaval).

Dans le cadre de ce carnaval, on m’a également proposé d’animer un atelier de sensibilisation sur le thème de la tolérance avec une quarantaine d’enfants afin de préparer un peu mieux le carnaval et aussi que ce ne soit pas que festif mais que certains enfants apprennent de nouvelles choses qui leur serviront dans leur futur.

Cet atelier a été pour moi une grande réussite car au travers de vidéos (courts dessins animés sans paroles), de travaux de réflexion en groupe et de jeux avec les enfants nous sommes arrivés à des définitions du mot tolérance et à des avis très constructifs. J’ai été agréablement surpris par les différentes réponses car les enfants ont fait preuve d’un très bon esprit critique sur les vidéos (ils ont pu dire ce qui allait et n’allait pas dans les comportements des personnages) et ils ont fait des conclusions qui témoignent d’une belle ouverture d’esprit. Une autre chose remarquable est le fait que l’on est pu travailler dans trois langues différentes, certains donnaient leur point de vue en arabe, d’autres en français (car on a choisi des enfants parlant et comprenant assez bien le français) et une élève a même décidé de faire ses interventions en anglais.

Pour moi ça a été une expérience très enrichissante et je pense que le mélange des cultures a permis aux enfants d’ouvrir leur esprit et de percevoir les choses d’une façon différente.

Pour continuer, nous avions prévu le carnaval deux jours après cet atelier, mais malheureusement, bien que tout soit prêt et bien organisé, les autorités locales nous ont demandé de reporter notre carnaval en raison de la crise liée au COVID-19 et au nombre d’enfants prévus lors de cette manifestation (ils ne souhaitaient prendre aucun risque). Cela a été un peu dur pour nous car nous avions vraiment tout préparé et on se sentait tous prêts pour le faire.

Maisla bonne nouvelleest quele carnaval aura quand même lieu après que les mesures de confinement soient terminées et une fois que la crise sanitaire soit passée car mon association comme l’association AJIAL sont d’accord pour maintenir cet événement même si cela fait avant l’été. Je ne serai peut être pas là pour le voir mais je suis très fier d’avoir pu participer à toute l’organisation et d’avoir pu aider mon association dans ce projet.

Voila c’est tout pour cet article.

Prev Post Next Post